Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU
Avril 2024

Ce mois d’avril, pas si joli que ça sur le plan météorologique, est passé à une vitesse folle et nous voilà déjà au mois de mai !
Notre association se prépare à un hommage dans la Creuse au docteur Jamot le 24 et 25 mai. Vous en trouverez tous les détails dans ce bulletin, mais nous pouvons d’ores et déjà envisager un succès exceptionnel, vu le nombre de participants annoncé : Mme Michaud bien entendu, le sénateur de la Creuse, la sous-préfète d’Aubusson, la proviseure et une délégation d’élèves de 1ère du lycée Jamot d’Aubusson, une délégation du Souvenir Français, la maire de Saint-Sulpice-les-Champs et ses administrés, la famille du Dr Jamot et bien sûr nos amis de Ceux du Pharo. Nous attendons encore des réponses des ESMLB, de la section Creusoise de la Légion d’Honneur, des conseillers départementaux et des médias, mais nous sommes confiants. La cérémonie sera belle.
Le Bureau

jeudi 10 février 2000

Souvenirs de séjour

1. Docteur Emily, I presume? Journal de route du médecin de la mission Congo-Nil, par JM MILLELIRI, (2012)

2. Premiers séjours médicaux au Gabon de H. Boutin (1957) et J.C. Jacquetin (1964): souvenirs recueillis par JM MILLELIRI (date de publication  non précisée)

3 commentaires:

  1. Une publication passionnante à lire, on comprend bien le rôle du DR EMILY dans une expédition passionnante. Le complexe de Fachoda est bien résumé. A lire

    RépondreSupprimer
  2. Merci Alain de l'appréciation sur cet article. J'ai pu acquérir une photographie originale du Dr Emily dédicacée par Largeau. ce sont des pièces historiques que Ceux du Pharo doit savoir conserver et des histoires à sauvegarder. Jean-Marie Milleliri

    RépondreSupprimer
  3. Jean Marie, Je reviens sur ces références qui sont un témoignage historique. Je vais essayer de trouver des références complémentaires. Dans son ouvrage "les blancs s'en vont", le ministre P. Messmer faisait référence au complexe de Fachoda, important à connaitre dans un contexte d'affrontement entre la puissance britannique et notre présence sur le terrain. Je conseille la lecture de ce livre (récist de décolonisations, A.

    RépondreSupprimer