Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU

Septembre 2021

Septembre, c’est la rentrée et la fin des vacances. Les plus anciens d’entre nous se souviennent qu’on préparait minutieusement son cartable, avec les cahiers, le cahier de textes, la trousse et les crayons, la règle, le rapporteur, l’équerre, le plumier et les plumes sergent-major. Soigneusement pliés par maman, une chemise neuve, le short hérité du grand frère qui entre au collège et porte désormais des pantalons et la blouse, obligatoire en ce temps-là. Et puis, ce mélange d’appréhension et d’excitation à l’idée d’avoir un nouveau maître, de peut-être revoir les copains, de retrouver les jeux à la récréation sous le préau. Que reste-t-il de tout cela ? Plus rien ou pas grand-chose. Certainement le plaisir de repartir pour une année, et déjà les projets s’accumulent.

Allons, foin de la nostalgie ! C’est reparti ! Pour l’association, c’est déjà la dixième année qui se profile et nous n’avons pas vu le temps passer.

Le Bureau

lundi 5 mars 2018

Disparition du professeur Jean-Etienne TOUZE

Ceux du Pharo a la tristesse de vous annoncer la disparition du Professeur Jean-Etienne TOUZE (Bordeaux 1967, Pharo 1975).
Le Médecin général inspecteur (2S) Jean-Etienne TOUZE, cardiologue, interniste et tropicaliste, membre de l'Académie de médecine, a été un exemple pour de nombreux médecins militaires. Chef de service à l'Hôpital d'instruction des Armées Alphonse Laveran à Marseille pendant plus de 15 ans, il était salué pour sa simplicité, son humilité et la grande attention qu'il portait à ses patients. Ancien directeur de l'École du Val-de-Grâce, ses élèves se rappellent de sa fine pédagogie, de son écoute et de sa grande élégance intellectuelle.
Ceux du Pharo s'incline sur sa mémoire et adresse ses sincères condoléances à sa famille.

2 commentaires:

  1. C'était un homme brillant et d'une grande humanité. L'annonce de sa disparition me remue et m'attriste profondément. Il a été, avec Philippe Chabanne, décédé il y a longtemps déjà, lui aussi, et Jean Pierre Bonsignour, l'un des chefs que j'ai le plus aimé et respecté. Je conserve un souvenir émerveillé de la projection vidéo géante qu’il avait organisé sur la façade de l’église du Val de Grâce : les magnifiques œuvres de Giotto représentant la vie de saint François d’Assise. Je me souviens qu'un de ses vieux rêves étaient de se perdre un jour sur une jonque en mer de Chine. J’espère que son esprit navigue désormais sur cette jonque et qu’il a trouvé la paix.

    Georges Mion

    RépondreSupprimer
  2. C'était un homme brillant et d'une grande humanité. L'annonce de sa disparition me remue et m'attriste profondément. Il a été, avec Philippe Chabanne, décédé il y a longtemps déjà, lui aussi, et Jean Pierre Bonsignour, l'un des chefs que j'ai le plus aimé et respecté. Je conserve un souvenir émerveillé de la projection vidéo géante qu’il avait organisé sur la façade de l’église du Val de Grâce : les magnifiques œuvres de Giotto représentant la vie de saint François d’Assise. Je me souviens qu'un de ses vieux rêves étaient de se perdre un jour sur une jonque en mer de Chine. J’espère que son esprit navigue désormais sur cette jonque et qu’il a trouvé la paix.

    RépondreSupprimer