Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU
Mai 2022

Triste mois de mai : deux grands amis nous ont quittés, les professeurs Fabrice Simon, si jeune, et Alain Chippaux, une grande référence dans notre petit monde de la médecine tropicale.

Et comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’un camarade venu à l’école chercher ses enfants, se fait agresser à coups de couteau par un dérangé de la tête (expression camerounaise) et est aujourd’hui décédé. Et puis bien sûr le drame de l’Ukraine et les enfants des écoles américaines assassinés par d’autres dérangés de la tête. Triste mois de mai... Mais il nous faut encore et toujours essayer de positiver et les raisons ne nous manquent pas : les commémorations de la mémoire de Gilbert Raffier et d’Eugène Jamot ont été très réussies ; la course-relais des élèves de la promotion Charmot, avec un hommage à la tombe de leur parrain, aura finalement lieu le 6 juin et tout le monde se mobilise pour faire un grand succès de cette belle initiative de nos jeunes camarades.

Alors, positivons. Et continuons à croire en l’Homme ! Même si c’est parfois bien difficile.

Le Bureau

lundi 5 mars 2018

Disparition du professeur Jean-Etienne TOUZE

Ceux du Pharo a la tristesse de vous annoncer la disparition du Professeur Jean-Etienne TOUZE (Bordeaux 1967, Pharo 1975).
Le Médecin général inspecteur (2S) Jean-Etienne TOUZE, cardiologue, interniste et tropicaliste, membre de l'Académie de médecine, a été un exemple pour de nombreux médecins militaires. Chef de service à l'Hôpital d'instruction des Armées Alphonse Laveran à Marseille pendant plus de 15 ans, il était salué pour sa simplicité, son humilité et la grande attention qu'il portait à ses patients. Ancien directeur de l'École du Val-de-Grâce, ses élèves se rappellent de sa fine pédagogie, de son écoute et de sa grande élégance intellectuelle.
Ceux du Pharo s'incline sur sa mémoire et adresse ses sincères condoléances à sa famille.

2 commentaires:

  1. C'était un homme brillant et d'une grande humanité. L'annonce de sa disparition me remue et m'attriste profondément. Il a été, avec Philippe Chabanne, décédé il y a longtemps déjà, lui aussi, et Jean Pierre Bonsignour, l'un des chefs que j'ai le plus aimé et respecté. Je conserve un souvenir émerveillé de la projection vidéo géante qu’il avait organisé sur la façade de l’église du Val de Grâce : les magnifiques œuvres de Giotto représentant la vie de saint François d’Assise. Je me souviens qu'un de ses vieux rêves étaient de se perdre un jour sur une jonque en mer de Chine. J’espère que son esprit navigue désormais sur cette jonque et qu’il a trouvé la paix.

    Georges Mion

    RépondreSupprimer
  2. C'était un homme brillant et d'une grande humanité. L'annonce de sa disparition me remue et m'attriste profondément. Il a été, avec Philippe Chabanne, décédé il y a longtemps déjà, lui aussi, et Jean Pierre Bonsignour, l'un des chefs que j'ai le plus aimé et respecté. Je conserve un souvenir émerveillé de la projection vidéo géante qu’il avait organisé sur la façade de l’église du Val de Grâce : les magnifiques œuvres de Giotto représentant la vie de saint François d’Assise. Je me souviens qu'un de ses vieux rêves étaient de se perdre un jour sur une jonque en mer de Chine. J’espère que son esprit navigue désormais sur cette jonque et qu’il a trouvé la paix.

    RépondreSupprimer