Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU
Janvier 2023
Chers amis,
« Ne laisse pas sécher l’encre du passé, elle te servira à écrire le futur » avait coutume de dire notre très cher ami Louis Reymondon qui vient de nous quitter. Cette maxime, nous la ferons désormais nôtre en sa mémoire et parce qu’elle illustre parfaitement notre action. Imaginez qu’en janvier nous nous sommes attelés à la rédaction de deux livres qui s’annoncent exceptionnels et qui feront date dans l’histoire de notre association : Christian Duriez nous propose un livre (six livrets dans un coffret) de 900 pages et 1000 photos sur les populations de l’extrême nord du Cameroun et du sud du Tchad. Ce sera un témoignage ethnographique exceptionnel. De notre côté, nous achevons la rédaction de Itinéraires, évolution de Devoirs de mémoire, qui comprendra près de 500 notices biographiques sur nos Anciens, médecins, chirurgiens, pharmaciens, chirurgiens dentistes, vétérinaires et officiers d’administration. Nous ne manquons pas d’ambition et nous espérons que ces ouvrages rencontreront votre agrément.
Le Bureau

lundi 5 mars 2018

Disparition du professeur Jean-Etienne TOUZE

Ceux du Pharo a la tristesse de vous annoncer la disparition du Professeur Jean-Etienne TOUZE (Bordeaux 1967, Pharo 1975).
Le Médecin général inspecteur (2S) Jean-Etienne TOUZE, cardiologue, interniste et tropicaliste, membre de l'Académie de médecine, a été un exemple pour de nombreux médecins militaires. Chef de service à l'Hôpital d'instruction des Armées Alphonse Laveran à Marseille pendant plus de 15 ans, il était salué pour sa simplicité, son humilité et la grande attention qu'il portait à ses patients. Ancien directeur de l'École du Val-de-Grâce, ses élèves se rappellent de sa fine pédagogie, de son écoute et de sa grande élégance intellectuelle.
Ceux du Pharo s'incline sur sa mémoire et adresse ses sincères condoléances à sa famille.

2 commentaires:

  1. C'était un homme brillant et d'une grande humanité. L'annonce de sa disparition me remue et m'attriste profondément. Il a été, avec Philippe Chabanne, décédé il y a longtemps déjà, lui aussi, et Jean Pierre Bonsignour, l'un des chefs que j'ai le plus aimé et respecté. Je conserve un souvenir émerveillé de la projection vidéo géante qu’il avait organisé sur la façade de l’église du Val de Grâce : les magnifiques œuvres de Giotto représentant la vie de saint François d’Assise. Je me souviens qu'un de ses vieux rêves étaient de se perdre un jour sur une jonque en mer de Chine. J’espère que son esprit navigue désormais sur cette jonque et qu’il a trouvé la paix.

    Georges Mion

    RépondreSupprimer
  2. C'était un homme brillant et d'une grande humanité. L'annonce de sa disparition me remue et m'attriste profondément. Il a été, avec Philippe Chabanne, décédé il y a longtemps déjà, lui aussi, et Jean Pierre Bonsignour, l'un des chefs que j'ai le plus aimé et respecté. Je conserve un souvenir émerveillé de la projection vidéo géante qu’il avait organisé sur la façade de l’église du Val de Grâce : les magnifiques œuvres de Giotto représentant la vie de saint François d’Assise. Je me souviens qu'un de ses vieux rêves étaient de se perdre un jour sur une jonque en mer de Chine. J’espère que son esprit navigue désormais sur cette jonque et qu’il a trouvé la paix.

    RépondreSupprimer