Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU
Septembre 2022

Enfin ! La canicule est derrière nous et la pluie qui nous arrose confirme que nous sommes bien en automne.

Remarquez que la chaleur de l’été ne nous a pas empêchés de travailler. Nous avons plein de beaux projets pour le dernier trimestre 2022 : les Actualités du Pharo, la remise du prix de l’École du Pharo, le Congrès International en histoire de la médecine, l’enseignement au D.U. d’histoire de la médecine et, bien entendu, la poursuite de la rédaction d’une nouvelle édition de « Devoirs de mémoire ».

La vie de notre association se poursuit, avec un enthousiasme intact et les nombreuses réactions que nous recevons nous montrent à l’envi que nous sommes dans une bonne voie.

Nous n’oublions pas de saluer la Reine Elisabeth II qui vient de nous quitter. L’aube d’un nouveau monde …

Le Bureau

lundi 5 mars 2018

Disparition du professeur Jean-Etienne TOUZE

Ceux du Pharo a la tristesse de vous annoncer la disparition du Professeur Jean-Etienne TOUZE (Bordeaux 1967, Pharo 1975).
Le Médecin général inspecteur (2S) Jean-Etienne TOUZE, cardiologue, interniste et tropicaliste, membre de l'Académie de médecine, a été un exemple pour de nombreux médecins militaires. Chef de service à l'Hôpital d'instruction des Armées Alphonse Laveran à Marseille pendant plus de 15 ans, il était salué pour sa simplicité, son humilité et la grande attention qu'il portait à ses patients. Ancien directeur de l'École du Val-de-Grâce, ses élèves se rappellent de sa fine pédagogie, de son écoute et de sa grande élégance intellectuelle.
Ceux du Pharo s'incline sur sa mémoire et adresse ses sincères condoléances à sa famille.

2 commentaires:

  1. C'était un homme brillant et d'une grande humanité. L'annonce de sa disparition me remue et m'attriste profondément. Il a été, avec Philippe Chabanne, décédé il y a longtemps déjà, lui aussi, et Jean Pierre Bonsignour, l'un des chefs que j'ai le plus aimé et respecté. Je conserve un souvenir émerveillé de la projection vidéo géante qu’il avait organisé sur la façade de l’église du Val de Grâce : les magnifiques œuvres de Giotto représentant la vie de saint François d’Assise. Je me souviens qu'un de ses vieux rêves étaient de se perdre un jour sur une jonque en mer de Chine. J’espère que son esprit navigue désormais sur cette jonque et qu’il a trouvé la paix.

    Georges Mion

    RépondreSupprimer
  2. C'était un homme brillant et d'une grande humanité. L'annonce de sa disparition me remue et m'attriste profondément. Il a été, avec Philippe Chabanne, décédé il y a longtemps déjà, lui aussi, et Jean Pierre Bonsignour, l'un des chefs que j'ai le plus aimé et respecté. Je conserve un souvenir émerveillé de la projection vidéo géante qu’il avait organisé sur la façade de l’église du Val de Grâce : les magnifiques œuvres de Giotto représentant la vie de saint François d’Assise. Je me souviens qu'un de ses vieux rêves étaient de se perdre un jour sur une jonque en mer de Chine. J’espère que son esprit navigue désormais sur cette jonque et qu’il a trouvé la paix.

    RépondreSupprimer