Site en construction

LE MOT DU BUREAU

février 2021

Ce mois-ci, (presque) pas de covid dans le bulletin. Il y a tellement d’experts en France qui nous abreuvent de données sur la pandémie, au point de frôler l’indigestion, que nous avons préféré parler d’autre chose. Et le menu est somptueux : un dossier épais sur André Michel dit « Trajan Saint-Inès », qui fut assistant sanitaire dans une des équipes de Jamot au Cameroun, un livre de Joël Le bras très documenté sur Eugène Jamot et un article magnifique de Louis-Armand Héraut sur les médecins coloniaux, qu’il appelle Homo medicus colonicus gallicus ! À cela, en supplément, une belle biographie d’Albert Calmette, notre Ancien découvreur du B.C.G. et voilà au total un bien beau numéro pour février, entièrement dû à vos envois, de quoi nous faire oublier un moment la covid !

Le Bureau

mardi 13 mars 2018

Conférence d'histoire de la médecine de l'AAPM


« La Médecine Tropicale à Marseille au vingtième siècle, un siècle d’Histoire 1907-2010» 

Conférenciers : Professeur Pierre PENE et Professeur Jean DELMONT


À Marseille, Hôpital de La Timone, le 17 mai 2018

Le vingtième siècle fût à Marseille le siècle de la Médecine tropicale avec la création de deux Institutions spécialisées parmi les premières à se développer en Europe.

1-L’Institution militaire de médecine coloniale qui bénéficia, en 1905, dans la partie basse du Parc du Pharo d’un vaste terrain qui permit de construire l’institut de Médecine Militaire d’abord Colonial puis Tropical qui accueillit, tous les ans, de 1908 à 2010, de jeunes médecins qui venaient de Bordeaux ou de Lyon, après avoir soutenu leur thèse. Ils devenaient des médecins militaires coloniaux après avoir suivi une formation complémentaire de Médecine et Santé tropicales pendant six à sept mois.


2- Un Institut d’Université qui fut également créé dans le Parc du Pharo, en 1936, avant d’être transféré à la Faculté de Médecine de la Timone en 1958 et de devenir UER de Médecine et de Santé tropicales en 1969, puisCentre de Formation et de Recherches en médecine et santé tropicales en 1976. Il fût ensuite transféré à l’Hôpital Houphouët-Boigny inauguré le 29 juin 1978 par le Président de la Côte d’Ivoire. L’Institution militaire du Pharo a fermé ses portes en 2013 en raison du regroupement des Ecoles militaires de Médecine à Lyon. L’institution universitaire subit la même évolution à partir des années 1997 avec le transfert des services des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Houphouët-Boigny à l’hôpital Nord.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire