Site en construction

LE MOT DU BUREAU

MAI 2020

Après le confinement, le déconfinement. C’est logique. Sauf que ce mot n’existe pas encore dans le dictionnaire. Sauf que les Français ont aussi peur de l’un que de l’autre, toujours sans véritable raison. Pour nous, ça a été comme un éblouissement au sortir de deux mois d’obscurité puis très vite nous nous sommes rendu compte que rien n’avait vraiment changé, que le « monde nouveau » n’est pas pour demain. Un seul regret : nos bistrots sont toujours fermés, et c’est grave. Parce que c’est là qu’on pouvait être sélectionneur de l’équipe de France de foot, qu’on pouvait refaire le monde, qu’on pouvait critiquer impunément gouvernements et gouvernants, qu’on avait un avis sur tout, dans une fraternité parfois houleuse. Où sont nos brèves de comptoir ? Il paraît que ça va bientôt rouvrir et nous n’allons pas nous en plaindre.

Sans modération.

Le Bureau


mercredi 2 mai 2001

le mot du bureau mars 2018

Le mot du Bureau
Mars 2018

A l’heure de rédiger ce bulletin est tombée l’annonce du décès de Jean-Étienne Touze, JET. Il n’était pas des nôtres mais il avait au plus haut l’esprit de « Ceux du Pharo » comme en témoigne son intervention à l’Académie nationale de Médecine que nous publions in extenso. Les dizaines de messages de condoléances envoyés d’un peu partout, même de Dakar, ont épuisé le florilège des compliments à son encontre. Oui, JET avait eu un parcours exceptionnel, de Santé Navale à la Direction centrale du Service de santé des Armées. Oui, JET se distinguait par ses immenses qualités professionnelles et humaines. Oui, JET était aimé de toute la profession.
Oui, nous avons certainement perdu le meilleur d’entre nous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire