Site en construction

LE MOT DU BUREAU

MARS 2021

Le mois de mars a bien évidemment été marqué par le lancement du Prix de l’École du Pharo. Il faut comprendre « école » comme dans « l’école de Barbizon », c’est-à-dire un mouvement de pensée dans l’esprit de l’enseignement que nous avons reçu au Pharo, fait d’ouverture aux autres et d’approche sans préjugé des peuples d’outre-mer que notre carrière nous a amenés à côtoyer. Ce prix, nous le voulons une vitrine ouverte au plus grand nombre, aussi n’hésitez-pas à nous soumettre vos œuvres : le jury vous en est déjà reconnaissant. Et nous vous souhaitons une bonne lecture de ce bulletin, décidément bien étoffé, de quoi oublier un moment la covid !

Le Bureau

mercredi 16 mai 2001

Deux masques du Gabon


Informations complémentaires sur les deux masques acquis par Henri BROUSTE (ESN 1924, Pharo 1929) en 1932

un reliquaire Kota:


Le peuple Kota vit principalement à l’est du Gabon et à l’ouest du Congo. Le groupe dit Kota serait un peuple issu des Ngumba en Guinée Equatoriale qui s’est dirigé vers le Sud avec les Fang. Les figures de reliquaires Kota possèdent de nombreuses caractéristiques communes (visage stylisé avec un placage de cuivre, un manche en forme de losange).

un masque Punu:

Les Punu forment une ethnie principalement répartie dans le sud du Gabon. Les Punu migrèrent vers le sud du Gabon (dans le bassin de la Ngounié) au 18e siècle. Ils vivent dans des villages indépendants divisés en clans et en familles. La cohésion sociale est assurée par la société Moukouji, dont le rôle essentiel est de subjuguer les esprits malfaisants de la forêt. Leur langue est le yipunu. On trouve des personnes parlant le yipunu dans les provinces de la Ngounié et de la Nyanga principalement.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire