Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU
Janvier 2023
Chers amis,
« Ne laisse pas sécher l’encre du passé, elle te servira à écrire le futur » avait coutume de dire notre très cher ami Louis Reymondon qui vient de nous quitter. Cette maxime, nous la ferons désormais nôtre en sa mémoire et parce qu’elle illustre parfaitement notre action. Imaginez qu’en janvier nous nous sommes attelés à la rédaction de deux livres qui s’annoncent exceptionnels et qui feront date dans l’histoire de notre association : Christian Duriez nous propose un livre (six livrets dans un coffret) de 900 pages et 1000 photos sur les populations de l’extrême nord du Cameroun et du sud du Tchad. Ce sera un témoignage ethnographique exceptionnel. De notre côté, nous achevons la rédaction de Itinéraires, évolution de Devoirs de mémoire, qui comprendra près de 500 notices biographiques sur nos Anciens, médecins, chirurgiens, pharmaciens, chirurgiens dentistes, vétérinaires et officiers d’administration. Nous ne manquons pas d’ambition et nous espérons que ces ouvrages rencontreront votre agrément.
Le Bureau

jeudi 25 novembre 1999

Les militaria

Cliquer sur une image pour l'agrandir
L'image s'ouvre dans une nouvelle fenêtre au bas de laquelle  les miniatures de l'ensemble des photos sont disposées dans un bandeau.


Képis



Deux képis ayant appartenu au médecin général inspecteur Chippaux (1909-1984), directeur du Pharo de 1967 à 1971. Leg de ses enfants. (Fonds Chippaux).

Pavé de l'École de Santé navale

Allée de l'Artillerie, "sauvé" avant le goudronnage de l'allée.
Poids  : 5 kg
Surface "piétonnière" : 10 cm x 10 cm
Hauteur : 15 cm
(Coll. JC Jacquetin)




Décoration de l'Ordre de l'Étoile Noire

conférée à Yves HOSTIER, par décret du 7 avril 1948, alors médecin chef de l'hôpital Ballay de Conakry.
À LIREInformations sur l'ordre de l'Étoile noire



 Fanion de l'ambulance chirurgicale de Bir Hakeim 

Noter la carte dessinée en bas à gauche du fanion. ce fanion avait été remis à l'école du Pharo, le 7 février 1948 par le MGI SICÉ. Cette photo fait partie du fonds MGI Chippaux.
Voir d'autres documents de ce fonds, relatifs à Bir Hakeim dans la photothèque. 



Texte à la signature du commandant général de la IIe armée, destiné aux soldats de la IIe armée pour galvaniser leur moral : on est le 18 mai 1940...

Signature: Huntzinger

Texte extrait des notes de captivité de Roger Vergez, présent dans le Legs Hostier et aimablement communiqué par Pierre Hostier. 















Revolver réglementaire de l'armée française

Modèle Chamelot-Delvigne, modèle 1873, fabriqué en 1886 (voir la gravure sur le canon)
(Coll. JC Jacquetin)
Un article Wikipédia donne des informations intéressantes: ce revolver équipait encore des unités de réserve en 1940, pour remédier au manque d'armement.

À VOIR : un agrandissement de la gravure de la Manufacture





Baïonnette allemande de 1914-18

(Coll. J.-C. Jacquetin)



















L'équipement des militaires participant à la Mission Foureau-Lamy, 1898-1899

Le trajet de la Mission (Wikipédia et F. Louis). À noter une coquille dans la carte de Wikipédia: l'avant-dernière étape est N'Guigmi)

L'équipement réglementaire est dans la référence: BRITSCH Jacques – La mission Foureau-Lamy et l’arrivée des Français au Tchad (1898-1900). L’Harmattan, Paris 1989, 191p.
CLIQUEZ ICI pour l'accès à la version pdf du document

La canne du médecin général inspecteur Henry Fournial (1866-1932)

Don de Madame Agathe GEORGES à Ceux du Pharo, Le Muy (Var), le 25/06/2019. 

La canne est en bambou avec un pommeau d'argent. Il s'agit d'une "canne de poilu" acquise probablement pendant la campagne d'Orient, lorsque le MGI Fournial était directeur du service de santé de l'armée d'Orient. 
(Voir les numéros 69 et 71 du Bulletin de l'AAAP.)

















Carte postale ancienne
Source : internet; document signalé par Jean-Marie Milleliri (#002)
Il s'agit d'une carte postale ancienne d'engagement dans la médecine coloniale.



















Premier Jour d'Émission (cliquer sur l'image pour l'agrandir
(Coll. Francis Louis #001)





1 commentaire:

  1. Je ne suis pas certain qu'il s'agisse d'une baïonnette car je ne vois aucun système d'attache au fusil. Je pencherais plutôt pour un poignard de ceinture, mais je ne suis pas spécialiste.
    Francis

    RépondreSupprimer