Site en construction

LE MOT DU BUREAU

MARS 2020

En ces temps de confinement pour raison de Covid-19, il nous a semblé qu’il n’y a pas que la télé pour pallier la solitude. C’est certainement un moment privilégié pour la lecture et nous avons voulu apporter notre petite pierre en vous envoyant un bulletin plus étoffé qu’à l’habitude. Vous y trouverez bien entendu des nouvelles de notre association, mais aussi quelques écrits sur cette fichue épidémie et, parce qu’il faut garder le moral, de petites doses d’humour ça et là pour pimenter le tout. Et surtout, n’oubliez pas d’explorer également notre site internet, vous pouvez y trouver quelques pépites …

Alors, bonne lecture !

Le Bureau

mardi 9 mars 1999

Les cônes

Les CONIDAE


Les Conidae sont des gastéropodes à coquille conique.

La famille des Conidae comprend 145 genres validés qui regroupent à l'heure actuelle 2323 espèces différentes, selon World Register of Marine Species. Le genre Conus, avec 626 espèces, domine cette famille. Son nom vernaculaire est cône.

Les cônes sont le plus souvent nocturnes et tous sont des prédateurs carnivores et venimeux. Certains se nourrissent de vers, d’autres de mollusques et/ou de poissons.

Ils contiennent une glande sécrétant une neurotoxine reliée à une dent radulaire en forme de harpon, dont ils se servent pour chasser leurs proies à distance, la proie étant ainsi instantanément neutralisée. Les cônes vivants doivent donc être manipulés avec précaution ou pas manipulés du tout si l'on ne connaît pas l'espèce. Les cônes pouvant mettre en danger la vie d'un humain sont notamment Conus geographusConus textileConus tulipaConus aulicus et Conus striatus.

Conus striatus 
(Coll. F. Louis)



Conus textile, Linnaeus 1758
(Coll. F. Louis)
Le cône textile est un cône particulièrement venimeux. Il a la réputation de tuer un homme en cinq minutes et il n’y a pas d’antidote connu.

Conus miles Linnaeus 1758
Cône soldat
(Coll. F. Louis)
Le cône soldat se nourrit de polychètes (Polychaeta). Son venin n’est pas très dangereux pour l’homme.


Conus ebraeus Linnaeus, 1758
Cône hébreu
(Coll. F. Louis)
Le cône hébreu a une coquille lourde et large à spire basse fortement érodée. L’épaulement est arrondi avec des crêtes spirales remarquables au-dessus de celui-ci. La coquille est blanchâtre avec 3 larges bandes de taches carrées noires.


SIX CÔNES DE LA COLLECTION PIERRE AUBRY
(photos : internet)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire