Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU
Janvier 2023
Chers amis,
« Ne laisse pas sécher l’encre du passé, elle te servira à écrire le futur » avait coutume de dire notre très cher ami Louis Reymondon qui vient de nous quitter. Cette maxime, nous la ferons désormais nôtre en sa mémoire et parce qu’elle illustre parfaitement notre action. Imaginez qu’en janvier nous nous sommes attelés à la rédaction de deux livres qui s’annoncent exceptionnels et qui feront date dans l’histoire de notre association : Christian Duriez nous propose un livre (six livrets dans un coffret) de 900 pages et 1000 photos sur les populations de l’extrême nord du Cameroun et du sud du Tchad. Ce sera un témoignage ethnographique exceptionnel. De notre côté, nous achevons la rédaction de Itinéraires, évolution de Devoirs de mémoire, qui comprendra près de 500 notices biographiques sur nos Anciens, médecins, chirurgiens, pharmaciens, chirurgiens dentistes, vétérinaires et officiers d’administration. Nous ne manquons pas d’ambition et nous espérons que ces ouvrages rencontreront votre agrément.
Le Bureau

mardi 23 mars 2021

Annonce du musée d'Histoire de Marseille : connaissez-vous le Verduron?



À DÉCOUVRIR SUR NOTRE CHAINE YOUTUBE 

À PARTIR DU MARDI 23 MARS À 18H !

LE VERDURON, UN ÉTABLISSEMENT GAULOIS AUX PORTES DE MARSEILLE GRECQUE

Par Loup BERNARD, Maître de Conférences, Faculté des Sciences Historiques, Université de Strasbourg, CNRS UMR 7044.

Établissement de la Celtique méditerranéenne situé aux portes de Marseille grecque, l’oppidum du Verduron a connu une phase de vie très brève, d’à peine une vingtaine d’années. Les Grecs le détruisent aux alentours de 200 av. J.-C. pour ne pas laisser à leurs marges un ennemi potentiel. Grâce à la conservation exceptionnelle des vestiges, le Verduron nous livre un lot de mobilier céramique particulièrement cohérent qui correspond à un fort bref laps de temps, et qui servira de référence pour les nombreux autres sites détruits à cette même époque sur les rivages de la Méditerranée. L’étude du mobilier métallique réalisée par l’archéologue Benjamin Girard met en avant l’importance des porteurs d’armes laténiens sur le site. L’étude architecturale menée avec l’architecte Alain Badie permet de mieux comprendre les modalités d’implantation et de construction des sites perchés des Celtes méditerranéens à la charnière du IIIe et du IIe s. av. J.-C. Enfin, l’analyse du site dans un contexte plus large permet de proposer de nouvelles interprétations pour comprendre les relations conflictuelles entre Grecs et Romains, et le début de la structuration des sociétés celtiques du deuxième âge du Fer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire