Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU

Septembre 2021

Septembre, c’est la rentrée et la fin des vacances. Les plus anciens d’entre nous se souviennent qu’on préparait minutieusement son cartable, avec les cahiers, le cahier de textes, la trousse et les crayons, la règle, le rapporteur, l’équerre, le plumier et les plumes sergent-major. Soigneusement pliés par maman, une chemise neuve, le short hérité du grand frère qui entre au collège et porte désormais des pantalons et la blouse, obligatoire en ce temps-là. Et puis, ce mélange d’appréhension et d’excitation à l’idée d’avoir un nouveau maître, de peut-être revoir les copains, de retrouver les jeux à la récréation sous le préau. Que reste-t-il de tout cela ? Plus rien ou pas grand-chose. Certainement le plaisir de repartir pour une année, et déjà les projets s’accumulent.

Allons, foin de la nostalgie ! C’est reparti ! Pour l’association, c’est déjà la dixième année qui se profile et nous n’avons pas vu le temps passer.

Le Bureau

mardi 23 mars 2021

Annonce du musée d'Histoire de Marseille : connaissez-vous le Verduron?



À DÉCOUVRIR SUR NOTRE CHAINE YOUTUBE 

À PARTIR DU MARDI 23 MARS À 18H !

LE VERDURON, UN ÉTABLISSEMENT GAULOIS AUX PORTES DE MARSEILLE GRECQUE

Par Loup BERNARD, Maître de Conférences, Faculté des Sciences Historiques, Université de Strasbourg, CNRS UMR 7044.

Établissement de la Celtique méditerranéenne situé aux portes de Marseille grecque, l’oppidum du Verduron a connu une phase de vie très brève, d’à peine une vingtaine d’années. Les Grecs le détruisent aux alentours de 200 av. J.-C. pour ne pas laisser à leurs marges un ennemi potentiel. Grâce à la conservation exceptionnelle des vestiges, le Verduron nous livre un lot de mobilier céramique particulièrement cohérent qui correspond à un fort bref laps de temps, et qui servira de référence pour les nombreux autres sites détruits à cette même époque sur les rivages de la Méditerranée. L’étude du mobilier métallique réalisée par l’archéologue Benjamin Girard met en avant l’importance des porteurs d’armes laténiens sur le site. L’étude architecturale menée avec l’architecte Alain Badie permet de mieux comprendre les modalités d’implantation et de construction des sites perchés des Celtes méditerranéens à la charnière du IIIe et du IIe s. av. J.-C. Enfin, l’analyse du site dans un contexte plus large permet de proposer de nouvelles interprétations pour comprendre les relations conflictuelles entre Grecs et Romains, et le début de la structuration des sociétés celtiques du deuxième âge du Fer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire