Site en construction

LE MOT DU BUREAU

SEPTEMBRE 2020

Dans nos précédents bulletins, nous annoncions qu’il y avait à chaque mois une grande nouvelle : en juillet, l’annonce que la promotion 2019 de l’ESA portera le nom de notre grand ancien Guy Charmot ; en août, celle d’une invitation du CDHA (Centre de documentation historique sur l’Algérie) à visiter une exposition sur les médecins de la colonisation. Ce mois-ci, c’est le transfert – enfin ! – des collections et des archives du musée Jamot de Saint-Sulpice les Champs au musée des Troupes de marine à Fréjus.

Mais l’ombre de la covid-19 plane sur nos activités : à ce jour, nous ne savons pas si ce que nous avions prévu en octobre aura bien lieu. Espérons !

Le Bureau

lundi 24 mai 1999

Les bambous gravés : commentaires

Commentaires apportés par Gabriel VALET, contacté par Daniel WEIMANN (#297)

(Gabriel VALET est un historien de Nouméa, professeur, ancien doyen de l'université au Cameroun)

Les bambous gravés soulèvent toujours des réflexions. Je possède l'excellent livre  de G-H Luquet édité en 1926 par l'Institut d'Ethnologie de l'Université de Paris (futur Musée de l'Homme - Trocadéro) qui traite, entre autres,  de la sculpture sur bois, ainsi que la gravure sur bambous qu'on trouve en Nouvelle-Calédonie.

Mais que dire de ces 2 bambous gravés ? Ils sont bien différents et le plus grand a servi, effectivement, peut-être d'étui au plus petit...


  • Le plus grand est classique (et simple) ; il s'inscrit dans l'ensemble des  pièces découvertes dans les années 1860-1870 avec la représentation des cocotiers, des cases, des personnages, chiens, etc. On dit que ces gravures étaient exécutées avec des éclats de silex et...les pointes des carapaces de crabe (!). Mais lorsque l'on voit les hachures très densément serrées sur certains bambous, on est en droit de se poser des questions. Comme ces bambous ont été découverts à l'époque de la colonisation (avec des grands navires, des chevaux, des militaires, des fusils et, bien sûr, des Canaques, des cases, des cocotiers, etc ) certains observateurs font des rapprochements avec les artistes qu'on trouvait parmi les bagnards et les déportés et qui sculptaient sur divers supports (bois, coquillages, dents de cachalots, et des bambous... ) avec des outils déjà bien évolués...Aujourd'hui on grave à nouveau sur divers supports et on sculpte beaucoup... Ces bambous, quoiqu'il en soit sont des "bâtons" qui devait appartenir, dit-on, à des chefs de familles ou de clans... 
  • Le plus petit représente un genre très différent et semble avoir été exécuté (mais à quelle époque ?) pour représenter des visages européens avec nez fin et fine moustache, peut-être d'une même famille... 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire