Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU
Mai 2022

Triste mois de mai : deux grands amis nous ont quittés, les professeurs Fabrice Simon, si jeune, et Alain Chippaux, une grande référence dans notre petit monde de la médecine tropicale.

Et comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’un camarade venu à l’école chercher ses enfants, se fait agresser à coups de couteau par un dérangé de la tête (expression camerounaise) et est aujourd’hui décédé. Et puis bien sûr le drame de l’Ukraine et les enfants des écoles américaines assassinés par d’autres dérangés de la tête. Triste mois de mai... Mais il nous faut encore et toujours essayer de positiver et les raisons ne nous manquent pas : les commémorations de la mémoire de Gilbert Raffier et d’Eugène Jamot ont été très réussies ; la course-relais des élèves de la promotion Charmot, avec un hommage à la tombe de leur parrain, aura finalement lieu le 6 juin et tout le monde se mobilise pour faire un grand succès de cette belle initiative de nos jeunes camarades.

Alors, positivons. Et continuons à croire en l’Homme ! Même si c’est parfois bien difficile.

Le Bureau

dimanche 17 mai 1998

Tableaux de Pierre NOSNY

Cliquer sur image pour l'agrandir 

Tableaux peints par Pierre NOSNY, lors de ses différentes affectations (Coll. Famille Nosny)

L'un des membres de l'association, professeur d'arts plastiques et d'histoire de l'art, a bien voulu nous livrer quelques commentaires de professionnel sur ces tableaux, dont il faut bien remarquer la dimension humoristique qui se cache dans de nombreux détails.

Conakry, 1920

Une application très scolaire des règles de la perspective, des personnages aux attitudes très figées mais en même temps beaucoup de sensibilité et de poésie dans le traitement des couleurs et l'arcade des arbres en fleurs du premier plan. Remarquer le petit lion qui se promène avec la famille. Ce tableau est aussi très intéressant d'un point de vue documentaire. 






Danseuses effrénées, Dakar

Une composition très étrange, coupée en deux par la ligne horizontale du mur du fond : dans la partie basse, le mouvement, frénétique, et les couleurs vives ; en haut, le calme, un arbre improbable, énorme dont les fleurs s'étalent au dessus de la cour et jusqu'au fond, en diminuant de taille mais sans changer de teinte ce qui donne un aspect plat, comme un papier peint. Un peu d'humour avec le petit "Manneken-Pis " et le gamin qui regarde "sous les jupes des filles"...
Évoque certains tableaux d'Emil Nolde (1867-1956), peintre expressionniste allemand.



Villa Beau Rivage, Dakar

On retrouve dans ce tableau le goût de l'artiste pour les couleurs franches, les verts, rouges, bleus, couleurs utilisées presque pures et qu'il associe de façon très savante, sans choquer l'œil ; ses feuillages sont plus décoratifs que vraiment réalistes et font penser à ceux du  Douanier Rousseau, mais un douanier qui aurait vraiment voyagé .....au lieu de se contenter des plantes du jardin botanique ! Noter la noix de coco qui va arriver sur le casque colonial et le petit singe qui fait du vélo (difficile à distinguer) en bas à droite.




Hôpital Grall,
Saigon

A droite, une carte postale de l'entrée de l'hôpital.

On retrouve la composition en perspective, les couleurs franches utilisées presque pures et posées en aplats très savamment réparties et la variété des personnages.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire