Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU

Avril 2022

En avril, ne te découvres pas d’un fil. Le dicton s’est vérifié cette année et, souvent contraints de rester à la maison, nous nous sommes gavés de télé et nous savons pratiquement tout sur la guerre en Ukraine et sur l’élection présidentielle. Nous voilà devenus de vrais spécialistes de santé publique grâce au covid-19, de géopolitique, de stratégie militaire et comme toujours de football. Mais nous en ferons quoi de tous ces savoirs ? Il semblerait bien que nous n’en serons pas plus sages.

Au cours de ce mois d’avril, le Bureau a préparé les cérémonies des mois de mai et de juin et ça n’a pas été un petit travail. Il s’est aussi attaché à la rédaction de biographies de nos Anciens et plus de 400 ont déjà été recensées. Le devoir de mémoire est l’essence même de notre association et nous nous réjouissons des résultats obtenus. Vous aussi certainement, qui nous écrivez nombreux pour nous encourager. Nous vous en remercions.


lundi 7 janvier 1980

Séance délocalisée de l’ACADEMIE NATIONALE DE MEDECINE

Séance délocalisée de l’ACADEMIE NATIONALE DE MEDECINE

24 avril 2007

Marseille, porte de l’outre-mer

(cliquer sur le titre de la communication pour accéder au diaporama)


L’École du Pharo : Cent ans d’enseignement de la médecine tropicale par Yves BUISSON (Directeur de l’IMTSSA)

Psychiatrie et santé mentale au Maroc par Driss MOUSSAOUI (Marrakech, Maroc)

Les principales difficultés d’une gestion de crise : l’exemple de la canicule par Jean-Louis SAN MARCO (Marseille) PAS DE DIAPOSITIVES

 Polymorphismes érythrocytaires au Mali : épidémiologie et mécanismes de résistance contre la progression vers les formes graves du paludisme à Plasmodium falciparum par Ogobara DOUMBO (Bamako, Mali). NB : si une boite de dialogue vous y invite, cochez le case « Me protéger de tout contenu inconnu (recommandé) » et puis ouvrir le fichier.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire