Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU

Avril 2022

En avril, ne te découvres pas d’un fil. Le dicton s’est vérifié cette année et, souvent contraints de rester à la maison, nous nous sommes gavés de télé et nous savons pratiquement tout sur la guerre en Ukraine et sur l’élection présidentielle. Nous voilà devenus de vrais spécialistes de santé publique grâce au covid-19, de géopolitique, de stratégie militaire et comme toujours de football. Mais nous en ferons quoi de tous ces savoirs ? Il semblerait bien que nous n’en serons pas plus sages.

Au cours de ce mois d’avril, le Bureau a préparé les cérémonies des mois de mai et de juin et ça n’a pas été un petit travail. Il s’est aussi attaché à la rédaction de biographies de nos Anciens et plus de 400 ont déjà été recensées. Le devoir de mémoire est l’essence même de notre association et nous nous réjouissons des résultats obtenus. Vous aussi certainement, qui nous écrivez nombreux pour nous encourager. Nous vous en remercions.


mardi 8 décembre 2020

Conférence en ligne du MGI KLOTZ organisée par Santards, Navalais et Traditions et les jeunes IHEDN

 L'AM Ulysse COMTE , président de Santards, Navalais et Traditions vous convie à une conférence en ligne organisée par Santards Navalais et Traditions et les jeunes-IHEDN :

« Passé et présent. La médecine tropicale, une composante nécessaire à la force de projection » 

Par le MGI KLOTZ.

Lundi 14 décembre – 18h30 à 20h.

Pour recevoir le lien il faut s'inscrire sur la page: https://forms.gle/Vg3zsXxTHfKeB1MS8

RÉSUMÉ: 

« Qui a fait mieux et où ? »
 
Ainsi s'exprimait le professeur Payet, premier doyen civil de la jeune faculté de médecine de Dakar, parlant en introduction de ses cours, des actions sanitaires mises en place par la France durant son administration des territoires colonisés outre-mer.
 
Vous le verrez, le bilan comptable de ces actions du passé est en effet éloquent.
 
Ces actions du passé ont ouvert la voie à l'action moderne de la France en santé mondiale, et les praticiens tropicaux d'avant les indépendances ont été les précurseurs des « French doctors » modernes et des nouveaux diplomates de la santé internationale
 
L'évocation de ces actions du passé ne doit pas nous laisser dans la contemplation nostalgique de faits d'armes médicaux vécus sur ces territoires lointains, mais bien éclairer l'avenir de ce que nos actions peuvent encore produire en faveur de populations soumises à de nombreux risques sanitaires dans des systèmes de santé encore trop défaillants.

« Les actions du passé »
Jean-Marie MILLELIRI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire