Site en construction

LE MOT DU BUREAU

JUIN 2020

Alors, voilà ! C’est reparti comme avant, avant le confinement. Nous sommes encore un peu frileux mais nous sommes plus audacieux de jour en jour. Et voilà que pointent le mois de juillet, le soleil – mais nous l’avons presque tous les jours à Marseille – les touristes et les vacances. Quand même, quelle drôle d’année ; on en regretterait presque le temps où le boulot nous submergeait, où on courait dans tous les sens.

Nous sommes peut-être déjà dans le monde nouveau qu’on nous promet depuis des mois. En témoigne cette nouvelle folie qui veut qu’on supprime tous les mots et toutes les images qui évoquent de près ou de loin le colonialisme et le racisme. Nous ne tomberons pas dans la dérive de l’autocensure développée par L’Oréal, Uncle Ben et d’autres. Notre histoire est comme elle est, nous ne la changerons pas.

Le Bureau

dimanche 28 juin 2020

Demande d'identification de statuettes (avec des réponses: cliquer sur "Lire la suite")

Demande formulée par Fabien VAYLET (#097)

Bonjour

Un de nos anciens pourrait il me donner des informations sur ces poupées en terre cuite?Confraternellement et amicalement

Fabien Vaylet

Lyon 71 Pharo 79

Répondre à news@ceuxdupharo.fr qui transmettra ou en commentaire de cet article

Quelques réponses envoyées à CdP:
- De Jean-Marie Milleliri (#002):
Il me semble que ces statuettes en pierre (argile ?) sont d’origine Yoruba du Nigéria

- De Gérard Salem (#332):
je pense, mais n’en suis pas sûr, qu’il s’agit de terres (à peine) cuites Bëdik, population du Sénégal oriental, sur les contreforts de Fouta Djalon. 

- De Pierre Aubry (#051):
Cette"statue" en PJ a été achetée ou troquée en pays Bassari au cours d'un voyage dans le Sénégal oriental dans les années 1980 (entre 1980 et 1984)
Elle a été "rafistolée" et repeinte après avoir subi quelques "traumatismes" au cours des transports d'abord à Dakar, puis en pays basque ...
IMG20200628180159.jpg

- De Philippe Mauclère (#069):
Ces petites statuettes en argile cuites sont typiques du pays Bassari, région du sud-est du Sénégal limitrophe du Fouta Djalon en Guinée. Ces peuplades animistes se sont réfugiées dans cette région montagneuse pour fuir l'avancée de l'Islam.
Ces statuettes sont reproduites pour être vendues aux visiteurs de passage, j'en ai une sur mon bureau en souvenir de cette très belle région (photo jointe)
IMG_1311.JPG


Aucun commentaire:

Publier un commentaire