Le mot du Bureau

LE MOT DU BUREAU
Septembre 2022

Les amis,

Et voilà ! La canicule, la plage, le farniente, c’est fini. Vive la rentrée ! C’est presque devenu une routine pour nous car nous en sommes à la neuvième depuis la création de l’association. Mais nous avons plein de projets en tête, qui devraient se concrétiser. En premier lieu, un renforcement de notre coopération avec la faculté de médecine de Paris Cité, qui publie la revue Histoire de la Médecine : à notre programme, des articles, des cours et des conférences. Et puis bien sûr, la rédaction et la publication d’une édition totalement nouvelle de Devoirs de mémoire : c’est un travail lourd mais ô combienexaltant. Nous y travaillons ardemment, en espérant en faire un ouvrage de référence pour les générations futures. Enfin, nos activités habituelles. Vive la rentrée !

Le Bureau

mercredi 29 mai 2019

Le précurseur de l'École du Pharo: l'Institut de médecine coloniale


En 1902, le professeur Raphaël BLANCHARD, de la faculté de médecine de Paris, membre de l’Académie de médecine, inaugurait l’Institut de médecine coloniale (IMC) dont l’objectif était l’enseignement des pathologies exotiques aux médecins civils.  En ce tournant du siècle marqué par les rivalités exacerbées entre les grandes puissances coloniales, R. Blanchard s’était inspiré des écoles de médecine tropicale de Londres et de Liverpool qui avaient rapidement attiré et formé des médecins chercheurs de réputation internationale.

L’IMC a été le véritable précurseur de l’Ecole du Pharo.

En 1911, R. BLANCHARD publie un article dans les Archives de Parasitologie où il présente le bilan de l’IMC et s’interroge sur son avenir. C’est cet article que Ceux du Pharo vous propose de découvrir en suivant le lien « Coup d’œil sur l’institut de médecine coloniale ».

Professeur Raphaël BLANCHARD
Archives de Parasitologie, XIV, p. 452-471, juin 1911
« Coup d’œil sur l’institut de médecine coloniale »

(Accessible également par Médiathèque>Documentation>Journaux anciens)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire