Site en construction

LE MOT DU BUREAU

Juin 2021

Oh, ce mois de juin ! La fin du confinement, le retour des beaux jours, les terrasses des bars envahies, les orages … Un vrai tourbillon. Et la rencontre avec les élèves de l’ESA Lyon Bron. Pour nous, ça a été une très belle expérience. Nos jeunes successeurs sont sympathiques, dynamiques et – ce qui ne gâche rien - admiratifs de nos carrières passées. Nous avons l’âge de leurs grands-parents et nous avons à satiété raconté « nos guerres », comme nos grands-parents l’avaient fait pour nous, et ça n’était finalement pas si désagréable. D’ailleurs, nous y retournerons dès que possible.

Le Bureau

mercredi 29 mai 2019

Le précurseur de l'École du Pharo: l'Institut de médecine coloniale


En 1902, le professeur Raphaël BLANCHARD, de la faculté de médecine de Paris, membre de l’Académie de médecine, inaugurait l’Institut de médecine coloniale (IMC) dont l’objectif était l’enseignement des pathologies exotiques aux médecins civils.  En ce tournant du siècle marqué par les rivalités exacerbées entre les grandes puissances coloniales, R. Blanchard s’était inspiré des écoles de médecine tropicale de Londres et de Liverpool qui avaient rapidement attiré et formé des médecins chercheurs de réputation internationale.

L’IMC a été le véritable précurseur de l’Ecole du Pharo.

En 1911, R. BLANCHARD publie un article dans les Archives de Parasitologie où il présente le bilan de l’IMC et s’interroge sur son avenir. C’est cet article que Ceux du Pharo vous propose de découvrir en suivant le lien « Coup d’œil sur l’institut de médecine coloniale ».

Professeur Raphaël BLANCHARD
Archives de Parasitologie, XIV, p. 452-471, juin 1911
« Coup d’œil sur l’institut de médecine coloniale »

(Accessible également par Médiathèque>Documentation>Journaux anciens)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire