Site en construction

LE MOT DU BUREAU

MAI 2021

Voilà, voilà, voilà, nous chante la fille aux yeux noirs.

Pour nous, voilà la première édition du « Prix de l’École du Pharo », voilà un appel à souscription pour Gilbert Raffier, voilà nos travaux pour une conférence-exposition au Cameroun, voilà notre projet de la publication d’un livre sur les mutilations labiales en pays Sara au Tchad, voilà notre activité habituelle qui nous mènera en juin à Lyon-Bron, en juillet à Montfuron et bien entendu en octobre aux « Actualités du Pharo ».

Voilà, voilà, voilà …

Le Bureau

lundi 15 mars 1999

Le 14 juin 2013, une cérémonie scellait définitivement la fermeture de l’École du Pharo, école centenaire de médecine tropicale, passage de formation de plus de 8 000 médecins, pharmaciens, techniciens civils ou militaires appelés à exercer la médecine outre-mer.

Mais il ne serait pas dit que la mémoire de tous ces personnels, de leurs enseignants, de  l’encadrement et de toutes celles et ceux ayant eu à vivre avec l’École du Pharo sombrerait dans l’oubli et que les histoires de vie de Ceux du Pharo puissent disparaître avec la fermeture de l’École.

Il devenait donc vital de prolonger cette histoire à travers une réunion mémorielle mais résolument ouverte vers l’avenir et faire perdurer de façon différente les liens que cette École a su tisser entre tous ceux qui l'ont fréquentée ou qui en ont été proches, civils ou militaires, français ou étrangers.

C’est ainsi qu’est née « Ceux du Pharo », association des Anciens et Amis du Pharo.
L’association a pour buts principaux de promouvoir la mémoire de l’Institut de médecine tropicale du
Service de santé des armées, « Le Pharo » (1905-2013) et de celles et ceux qui y ont servi. L’esprit de l'association est entre autres basé sur la transparence, la camaraderie, le partage et l’ouverture vers l’outre-mer.


Association loi 1901 : enregistrée sous le n° 177 - JORF, 10 août 2013

Logo par Valérie AUBERT
Photo de l'École du Pharo en 1907, aimablement communiquée par Claude CHASTEL

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire